31 July 2019

Half year results 2019

 

Une performance solide dans des conditions de marché difficiles et par rapport aux niveaux records de 2018

Umicore a réalisé une performance solide au premier semestre de 2019 avec des revenus s’élevant à € 1,6 milliards et un EBIT récurrent de € 240 millions, dans un contexte caractérisé par des conditions difficiles dans plusieurs industries clés et une baisse de la confiance des consommateurs, touchant plus particulièrement le secteur automobile. Le cash-flow libre s’est considérablement amélioré par rapport à l’an dernier.

Umicore a enregistré une hausse des revenus chez Catalysis, réalisant de la sorte une performance nettement supérieure à celle du marché automobile en déclin et bénéficiant de gains de parts de marché dans les voitures à essence et d’une pénétration croissante des filtres à particules pour moteurs à essence en Europe et en Chine.

Comme annoncé en avril, Umicore fait face à un ralentissement temporaire de la demande pour ses matériaux pour cathodes chez Energy & Surface Technologies et a ajusté ses dépenses d’investissements pour s’aligner au rythme de croissance actuellement plus lent. Les fondamentaux à moyen et long terme de l’activité des matériaux pour batteries rechargeables d’Umicore sont intacts, grâce au large soutien de la législation en vigueur à l’électrification dans les régions clés et à une feuille de route technologique qui offre suffisamment de place à la différenciation et à l’innovation technologique.

Chez Recycling, le débit de production de l’usine d’Hoboken s’est significativement amélioré après les investissements réalisés durant l’arrêt planifié prolongé pour entretien au début de l’année. Au premier semestre, les volumes étaient toutefois inférieurs suite à l’impact de l’arrêt sur la disponibilité de la fonderie. Le prix des métaux et le contexte d’approvisionnement ont été favorables au cours de cette période.

  • Revenus de € 1,6 milliards (-3% en glissement annuel)
  • EBITDA récurrent de € 357 millions (-2% en glissement annuel)
  • EBIT récurrent de € 240 millions (-8%% en glissement annuel)
  • ROCE de 12,3% (16,6% au premier semestre de 2018)
  • Résultat net récurrent (part du Groupe) de € 151 millions (-8% en glissement annuel)
  • Bénéfice par action récurrent de € 0,63 (-9% en glissement annuel)
  • Cash-flow d'exploitation de € 308 millions (€ 102 millions au premier semestre de 2018) et cash-flow libre d'exploitation[1] de € 50 millions (- € 104 millions au premier semestre de 2018), y compris des besoins en fonds de roulement stables par rapport à fin 2018
  • Dette nette à € 1.059 millions correspondant à un ratio d'endettement moyen / EBITDA récurrent de 1,34.

Umicore a étendu l’échéance de sa dette à des conditions fixes historiquement basses grâce à un placement privé de dette aux États-Unis de € 390 millions avec des échéances allant de 7 à 12 ans.

Un dividende intérimaire de € 0,375 par action sera mis en paiement le 27 août. Ce montant correspond à la moitié du dividende annuel payé pour l'exercice 2018, conformément à la politique en matière de dividende.

Engagé à poursuivre sa stratégie à long terme pour les matériaux destinés à la mobilité propre et le recyclage

Umicore s’engage à poursuivre sa stratégie à long terme pour les matériaux destinés à la mobilité propre et le recyclage et continue à investir en recherche et développement et à accroître sa capacité pour soutenir la croissance de ses activités. Chez Catalysis, les nouvelles lignes de production en Pologne ont été mises en service au deuxième trimestre et la nouvelle capacité en Chine devrait être opérationnelle d’ici fin 2019. Chez Rechargeable Battery Materials, la construction de la nouvelle usine en Pologne a débuté. La nouvelle usine en Chine commencera à être mise en service après l’été avec un timing ajusté pour l’ajout de nouvelles lignes.

Umicore a également annoncé en mai deux étapes importantes pour l’expansion de sa chaîne de valeur intégrée et durable de matériaux pour batteries: un accord en vue de l’acquisition des activités de raffinage de cobalt et de précurseurs pour cathodes de Freeport Cobalt à Kokkola, en Finlande, et un partenariat à long terme avec Glencore pour l’approvisionnement en cobalt.  

Confirmation des perspectives  

Comme annoncé en avril, Umicore s’attend à ce que son EBIT récurrent pour l’année entière se situe dans une fourchette entre € 475 millions et € 525 millions, dans l’hypothèse qu’il n’y ait pas de nouvelle détérioration majeure de l’environnement macroéconomique. Chez Catalysis, Umicore s’attend à continuer à réaliser de meilleures performances que le marché automobile et, pour l’année entière, à augmenter l’EBIT récurrent du business group par rapport au niveau de l’année dernière. Le business group Energy & Surface Technologies continue de faire face à des conditions de marché difficiles dans ses marchés finaux clés. Cette situation, associée à l’effet du prix faible du cobalt et de l’approvisionnement non-éthique, ainsi que des coûts relatifs aux nouveaux investissements, implique que, pour l’année entière, l’EBIT récurrent du business group devrait être bien au-dessous du niveau de l’année dernière. Chez Recycling, Umicore s’attend à bénéficier de l’amélioration du débit de production à Hoboken qui, conjuguée à un mix d'approvisionnement favorable et à une hausse de prix pour certains métaux, implique que l’EBIT récurrent du business group pour l’année entière devrait dépasser le niveau de 2018, malgré l’impact de l’incendie de juillet à Hoboken.

Marc Grynberg, CEO d’Umicore, a commenté : « La performance du premier semestre et les perspectives pour l’année entière sont totalement conformes à l’ensemble des éléments constituant la guidance que nous avons fournie en avril. Nous faisons preuve d’agilité face aux conditions de marché difficiles tout en continuant à mettre en œuvre notre stratégie pour les matériaux destinés à la mobilité propre et le recyclage. Notre performance opérationnelle et notre bilan solide nous permettent de poursuivre avec détermination nos investissements de croissance et nos programmes de recherche et développement, et de confirmer notre politique de dividende. »

Remarque : sauf mention contraire, toutes les comparaisons portent sur le premier semestre de 2018. 

[1] Cash-flow libre d'exploitation = Cash-flow d'exploitation – dépenses d’investissements – frais de développement capitalisés.