4 June 2013

Umicore participe aux efforts européens en faveur de la qualité de l'air

Bruxelles, 4 juin 2013. Dans le cadre de la Green Week organisée par la Commission européenne dont le thème est la qualité l'air, Umicore a annoncé la mise en service de sa nouvelle ligne de production de catalyseurs diesel pour poids lourds (HDD), à Florange (France). Afin de satisfaire la demande future, Umicore a récemment annoncé la construction d'une ligne supplémentaire sur le site. La production débutera également bientôt sur le nouveau site Automotive catalysts d'Umicore à Bad Säckingen (Allemagne). Les catalyseurs fabriqués dans ces usines permettront aux constructeurs automobiles et aux fabricants de moteurs de respecter les nouvelles normes européennes en matière d'émissions.

Depuis les années 70, le nombre de véhicules en circulation sur nos routes, camions et bus compris, a augmenté de manière exponentielle. Au fil des ans, les pouvoirs publics ont établi des normes en matière de qualité de l'air afin de réduire les effets nocifs des émissions automobiles sur la santé humaine. À l'heure actuelle, la quasi-totalité des nouvelles voitures produites dans le monde sont équipées d'un catalyseur automobile. En Europe, la nouvelle norme Euro 6 vise notamment une diminution de plus de 50% des émissions d'oxydes d'azote (NOx) des véhicules diesel et cible également les émissions de microparticules de suie des moteurs essence.

Les catalyseurs d'Umicore permettent d'améliorer la qualité de l'air en transformant les émissions automobiles nocives au moyen de procédés catalytiques sophistiqués. Depuis 40 ans, Umicore aide les constructeurs automobiles à réduire les émissions. Ses catalyseurs équipent environ un tiers des véhicules actuellement produits dans le monde.

Marc Grynberg, Administrateur délégué d'Umicore, explique : "Umicore dispose d'un savoir-faire unique permettant de soutenir l'essor de la mobilité propre à travers le monde. Nous fournissons au secteur automobile des technologies de réduction des émissions mais également des matériaux employés dans les batteries et les piles à combustible qui sont des éléments clés pour la motorisation électrique. Notre offre de recyclage est, elle aussi, unique en son genre : nous sommes en mesure de recycler les catalyseurs automobiles, les batteries usagées des et les matériaux contenus dans les piles à combustible."

Umicore a débuté ses activités de développement en matière de catalyseurs destinés à la maîtrise des émissions automobiles en 1968. Depuis lors, elle est devenue un acteur de premier plan dans le domaine des catalyseurs automobiles pour véhicules légers (voitures). Plus récemment, elle a également acquis une position forte dans le domaine des applications pour poids lourds (camions, etc.). L'activité Automotive Catalysts d'Umicore emploie quelque 2.000 personnes à travers le monde, sur 11 sites de production en Allemagne, au Canada, en Corée du Sud, en Afrique du Sud, aux États-Unis, au Japon, au Brésil, en Suède, en France et en Chine. Umicore possède également six sites de développement et d'essai en Allemagne, aux États-Unis, au Brésil, en Corée du Sud, au Japon et en Chine.

Voici comment Umicore contribue à la qualité de l'air 

Avis aux rédacteurs

À propos des sites de Florange et de Bad Säckingen

Situé à 25 kilomètres de Metz, dans l'est de la France, le site de Florange produit des catalyseurs automobiles depuis 1990. Il s'agit du principal site de production d'Umicore en Europe pour les catalyseurs destinés aux poids lourds.

L'usine de Bad Säckingen se situe à proximité du Rhin, dans le sud de l'Allemagne, à environ 15 km du site Umicore de Rheinfelden. Le site offre plus d'espace en vue de l'expansion de la production; ceci permettra à l'usine de Rheinfelden de se préparer aux nouvelles normes européennes pour les véhicules légers.

À propos des catalyseurs automobiles et de leur fonctionnement

Les moteurs à combustion interne, tels que ceux utilisés dans les voitures, les camions et les bus, produisent des émissions toxiques. Les principaux polluants sont le monoxyde de carbone (CO), les hydrocarbures non brûlés (HC), les oxydes d'azote (NOx) et les particules fines. Dans différents pays et régions, les législateurs ont fixé des limites sur ces émissions de plus en plus strictes au fil du temps. En installant un convertisseur catalytique sur mesure sur le pot d'échappement et en adaptant les conditions de fonctionnement du moteur, ces émissions peuvent être rendues en grande partie inoffensives.

La plupart des convertisseurs catalytiques se composent d'un imprégnateur actif chimiquement appliqué sur un substrat. Cet imprégnateur comprend une association de plusieurs oxydes et métaux, tels que le platine, le palladium, le rhodium et des terres rares. Ceux-ci sont fabriqués selon une formulation précise et adaptés à chaque type et modèle de véhicule.

La plupart des véhicules essence actuels sont équipés d'un catalyseur "trois voies" (CTV), ainsi dénommé car il transforme les trois principaux polluants au sein d'un seul système catalytique. Il entraîne une oxydation du monoxyde de carbone et des hydrocarbures non brûlés en dioxyde de carbone (CO2) moins nocif et en vapeur d'eau, ainsi qu'une réduction des oxydes d'azote (NOx) en azote (N2). À l'heure actuelle, la plupart des moteurs essence atteignent les normes d'émissions fixées en matière de particules fines. Cependant, avec la future législation européenne Euro 6, les moteurs essence à injection directe devraient, eux aussi, s'équiper d'un filtre à particules essence pour satisfaire les normes d'émissions en matière de particules fines.

En Europe, où le parc automobile diesel est très développé, les voitures diesel sont équipées, de nos jours, d'un convertisseur catalytique à oxydation (CCO), qui entraîne l'oxydation du monoxyde de carbone et des hydrocarbures non brûlés. Elles sont également munies d'un filtre à particules diesel (FPD), destiné à limiter les émissions de particules fines. Étant donné que le moteur diesel fonctionne avec un excès d'oxygène, la réduction des oxydes d'azote n'est pas possible directement dans le système d'échappement. Jusqu'à présent, les normes européennes d'émissions pour les véhicules diesel étaient plus souples concernant les oxydes d'azote. Avec la future législation Euro 6, un catalyseur spécifique sera nécessaire. Il pourra s'agir soit d'un système de réduction catalytique sélective (RCS), qui met en œuvre un additif à base d'urée, soit d'un catalyseur de stockage des NOx (CSN).

Les moteurs diesel poids lourds (HDD), employés dans les bus, les camions, les trains et autres engins sont de plus en plus soumis à la législation en matière d'émissions. La taille des moteurs de telles applications entraînent une complexité supplémentaire.

Pionnier technologique, Umicore fut la première entreprise à mettre au point des catalyseurs à stockage de NOx pour moteurs essence à mélange pauvre et faible consommation de carburant et moteurs diesels en Amérique du Nord, filtres à particules diesel catalysés et catalyseurs diesel mettant en œuvre du palladium plutôt que du platine.


Dutch
English

Tag: Automotive, Corporate