27 June 2017

Umicore et l’ancien site minier de St-Félix-de-Pallières: remise en état et protection du site

Dernière mise à jour: 11 février 2019

Quelles ont été les activités d’Umicore à Saint-Félix-de-Pallières ?

L’activité minière à Saint-Félix-de-Pallières a débuté au 19ème siècle en vue d’exploiter un sous-sol riche en zinc et en métaux dérivés. Le Gard est une région qui bénéficie naturellement des zones d’un environnement géologique à forte teneur en arsenic, plomb, antimoine et cadmium. Le début de l’exploitation minière dans la région date d’ailleurs de l’époque romaine.

En 1913, la concession minière est reprise par la Société des Mines et Fonderies de Zinc de la Vieille-Montagne, intégrée plus tard à Umicore. Les métaux extraits sont utilisés pour produire du zinc raffiné permettant notamment de protéger l’acier contre la corrosion (clôtures, équipement routier,…) et des matériaux de construction tels que des gouttières, des éléments de toiture et de bardages.

C’est en 1971, soit près de 60 ans plus tard, qu’Umicore décide de fermer les mines de Saint-Félix-de-Pallières, pour des raisons économiques.

A la suite de l’ouverture de la procédure de renonciation à concessions, Umicore a réalisé les travaux de remise en état du site et de protection de la zone sensible (digue à stériles), conformément aux exigences des pouvoirs publics. La renonciation à concession a été acceptée par l’Etat français en 2005.

Depuis l’arrêt définitif des travaux miniers, Umicore n’a jamais quitté la région et surveille très régulièrement l’état de ses parcelles, et plus particulièrement celle sur laquelle est située l’ancienne digue à stériles (surveillance et entretien régulier par une entreprise locale, production de rapports de visite, travaux d’aménagements si nécessaire).

Quels travaux ont été entrepris par Umicore pour remettre en état les zones sensibles ?

Dans le cadre de la procédure de renonciation aux titres miniers, Umicore a remis l’ancien site minier en état, conformément aux exigences des pouvoirs publics et en prenant en compte ses caractéristiques géologiques. La parcelle sur laquelle est installée l’ancienne digue à stériles est la seule à avoir fait l’objet de restrictions particulières.

Une première phase a consisté au réaménagement et à la mise en sécurité des anciennes installations minières (destruction des bâtiments, comblement des ouvertures, réhabilitation et remise en état du site).

L’ancienne digue à stériles a fait l’objet de travaux de confinement et d’installation d’un système de drainage spécifique :

Un système de drainage des eaux pluviales a été installé comprenant notamment un fossé ceinturant la digue et une buse la traversant de part en part afin d’éviter la percolation des eaux de surface dans l’ancienne digue Elle a entièrement été couverte d’une couche d’argile et remodelée Elle a été couverte d’une couche de 30 à 50cm de sol végétalisé pour être protégée et insérée dans le paysage

La parcelle sur laquelle est située l’ancienne digue à stériles est grevée de servitudes d’usage et fait encore l’objet d’une surveillance régulière par Umicore : une entreprise locale se rend sur place au moins 4 fois par an, vérifie son état général et procède à son entretien (notamment entretien du fossé de ceinture et de la buse de drainage).

Des travaux supplémentaires sont-ils prévus sur la zone dite « de la digue à stériles » ?

En coopération avec l’Etat, Umicore a entamé en 2016 des travaux pour maintenir et améliorer le confinement des résidus de laverie de la digue, propriété du groupe (recouvrement des zones érodées, végétalisation, travaux sur les enrochements pour interdire les accès, etc.).

En décembre 2016, un cahier des charges a été élaboré conjointement avec la Direction régionale et interdépartementale de l'environnement et de l'énergie (DREAL), en accord avec le Préfet, en vue de réaliser une nouvelle étude géotechnique approfondie, qu’Umicore avait accepté de prendre à sa charge, en intégralité. Cette étude devrait permettre de formuler des recommandations de travaux pour améliorer encore un peu plus la gestion de la digue.

Les associations de riverains sont régulièrement informées de l’avancement de ces travaux.

 
Image récente de la digue à stériles

La population locale est-elle tenue régulièrement informée ?

L’entreprise est toujours restée sur place et est en dialogue régulier avec les autorités locales quarante ans après la fin de l’exploitation minière. Différentes consultations publiques ont été menées et plusieurs sessions d’informations ont été organisées à l’époque des travaux liés à la procédure de renonciation aux titres miniers avec le concours de la sous-préfecture.

Depuis 2016, les autorités publiques ont mis en place un Comité de suivi et d’information (CSI) sur le site de la Croix-de-Pallières réunissant l’ensemble des parties prenantes, y compris les associations de riverains. Umicore a ainsi participé à toutes ces réunions, sans exceptions. Ces réunions visent à informer la population locale des différentes initiatives en cours par les autorités.

Sous supervision de la DREAL, Umicore entreprend également des travaux de panneautage sur certaines zones à risques en vue d’informer les éventuels promeneurs sur ces terrains.

Arrêtés adressés par la Préfecture Gard à l’encontre d’Umicore France, fin novembre 2018

Umicore France est le destinataire de 5 arrêtés pris fin novembre 2018.

Umicore a toujours favorisé une discussion ouverte et constructive avec l'Etat ainsi que toutes les parties concernées dans le dossier relatif aux anciennes activités minières sur le site de Saint Félix de Pallières. Umicore prend note de la décision de l'Etat d'adopter des arrêtés à son encontre. Umicore considère que ces arrêtés sont sans fondement. Umicore n'a dès lors pas d'autre choix que de faire valoir ses droits devant les juridictions compétentes.

Tweets

  • @UmicoreGroup  Aug 23
    How do our #BondMakers help to create the innovative materials required to revolutionise communication technologies… https://t.co/XAhxuZ5yw8
  • @UmicoreGroup  Aug 21
    Saft CEO Ghislain Lescuyer talks about the second life of batteries and recycling of li-ion batteries. Eager to fin… https://t.co/Idsw1S6dQj
  • @UmicoreGroup  Aug 19
    RT @EITRMAcademy: #EITRACE2019 kicks off in Helsinki with keynote from @UmicoreGroup Senior VP Guy Ethier setting the stage about sustainab…
  • @UmicoreGroup  Aug 19
    Philip Wheeler, #UmicorePMC Business Development Manager, will be joining us in October for our inaugural… https://t.co/znF3UvkyR9
  • @UmicoreGroup  Aug 15
    Curious to learn how to develop scalable transition-metal catalysed processes? Dr. Carolyn Wei's presentation at… https://t.co/KuzXLgQJB6
  • @UmicoreGroup  Aug 13
    #QualityAnalysis is vital for ensuring regulatory compliance. At #UmicorePMC, we provide in-depth analytics on a ra… https://t.co/ilGeFbbnfC
  • @UmicoreGroup  Aug 12
    We look forward to sharing our vision about #rawmaterials for future mobility to 70 master students at the opening… https://t.co/t0qCLZNaH9
  • @UmicoreGroup  Aug 9
    New diesel car engineering achieves ‘near-zero’ emissions – Read more about it through the link below! https://t.co/ZPhffNv03d
  • @UmicoreGroup  Aug 9
    Will you be joining us in October for our inaugural #CatalysisDay? If so, be sure to attend Dr. Alan Cherney's pr… https://t.co/xColdnUk7D
  • @UmicoreGroup  Aug 5
    Curious about how we can continue to manufacture increasingly smaller electronic devices that have larger processin… https://t.co/2etAI7LlYu